12* pépites cinématographiques de 2016 qui donnent bon espoir pour le 7e art en 2017

bilan2016

Un beau cru 2016.

C’est fou de se dire qu’on peut déjà prononcer «l’année dernière». Le temps passe toujours trop vite, du moins jamais au rythme que l’on souhaite. L’année qui vient de s’écouler a été grandement merdique sur tous les plans, sauf au cinéma, la faille spatio-temporelle où je ne me sentirai jamais (complètement) déçue, triste, peinée. Un dernier coup d’œil dans le rétro (pardon pour ce titre aux allures d’équation). L’occasion de vous présenter mes meilleurs vœux. Et en avant 2017! Lire la suite

Trois bonnes raisons de succomber à «Westworld»

westworld

Maeve est la nouvelle Khaleesi.

Il y a eu la claque Stranger Things, bel hommage à la pop culture eighties, et dans laquelle la fascinante Millie Bobby Brown m’a fait l’effet d’une Natalie Portman dans Léon. The Get Down, qui m’a fait danser, danser et danser encore (Set Me Free arrive en tête des chansons les plus écoutées de mon iPod*). The Young Pope où Jude Law est tout bonnement parfait dans le rôle d’un pape aussi mégalo que (délicieusement) détestable. Un moment de calme où j’ai fait, non sans tristesse, mes adieux à Pablo Escobar (Narcos). Puis le néant. Lire la suite

Cinéma (français) à fleur de peau

cinema

La France a trois incroyables talents.

Je le dis souvent, le cinéma français n’est pas ma tasse de thé. Pourtant, derrière ou devant la caméra des derniers films qui m’ont pris aux tripes récemment, des réalisatrices et un casting bien de chez nous. Divines d’Houda Benyamina, Juste la fin du monde de Xavier Dolan et La Danseuse de Stéphanie Di Giusto. Trois longs-métrages qui ont connu leurs petits et grands moment de reconnaissance cannoise, trois histoires qui chacune à leur manière méritent que l’on crie trois fois «Cocorico». Lire la suite

Les comédies weirdos sont-elles lourdingues ?

comedies

Face à l’Amérique et son artillerie hollywoodienne, l’Europe et ses comédies sans queue ni tête auront rythmé cet été 2016.

Au menu cinématographique de cet été, quelque part entre Independence Day II et Star Trek III, se sont glissés quelques ovnis: La Loi de la jungle, L’Effet aquatique, Hibou, Toni Erdmann ou encore Un Petit boulot. Loin d’être passés inaperçus (les films de Solveig Anspach et Maren Ade ont fait grand bruit au dernier Festival de Cannes), ils ont débarqué à temps, avec leur lot de situations WTF et d’acteurs poilants, pour nous faire sentir plus que jamais en vacances. Comprenez: mettre notre cerveau sur off. Et pourtant, plusieurs scènes qui traînent en longueur et autres gags répétitifs ont eu souvent raison de notre patience. Tant et si bien qu’on se demande si ces comédies originales ne sont pas avant tout très chiantes. Lire la suite

Néon mania

Neon

Elle, Margot et Emma sous les feux de la rampe.

Trois films plutôt attendus, trois héroïnes blondes… et des couleurs fluorescentes dans tous les sens. Tel est l’ultime point commun entre The Neon Demon, Suicide Squad et Nerve qui pousse à les mettre dans la même balance. Le recours à ces lumières qui en mettent plein la vue ne se limite plus au genre de la science-fiction ou à un effet vintage eighties, il se manifeste désormais un peu partout au cinéma, par petites touches ou à forte dose. Si le néon sert de toute évidence l’esthétique d’un long-métrage, rend-il pour autant le scénario brillant? Eléments de réponse avec le conte horrifique de Nicolas Winding Refn, la dernière superproduction Warner Bros./DC et l’expérience addictive du duo Ariel Schulman et Henry Joost. Lire la suite