Ben Affleck en cinq dates clés

Ben Affleck

Ben Affleck reçoit le prix de l’homme de l’année à la 7e cérémonie des « Guys Choice » de la chaîne Spike TV, à Culver City (Californie), le 8 juin 2013. (Crédit: Reuters)

L’acteur américain de 41 ans vient de signer avec la Warner pour incarner Batman dans Man of Steel 2, en salles en 2016. L’occasion de revenir sur les moments déterminants de son parcours, tant au niveau professionnel que privé.

Si le choix d’interpréter l’homme chauve-souris face à Henry Cavill dans Man of Steel 2, sous la direction de Zack Snyder,en surprend plus d’un, les autres décisions prises par l’acteur et réalisateur Ben Affleck l’ont progressivement conduit à la consécration. Retour sur la vie du créateur d’Argo en cinq années clés.

● 1980: sa première apparition à la télévision

La première fois que Benjamin Geza Affleck (son vrai nom) décroche un contrat pour le petit écran, c’est pour la chaîne de fast-food Burger King. Dans le spot, on y voit le comédien en devenir arborer le look parfait de l’ado eighties: la coupe de cheveux avec une mèche tombante sur le front, le teddy et le jean de mise, le téléphone bien lourd, qui en jette parce que intégré au tableau de bord de la voiture… S’en suivent des petits rôles dans des séries et des téléfilms, parmi lesquels Le Voyage de Mimi 1 et 2, un programme éducatif dans lequel il incarne le petit-fils d’un capitaine de bateau menant des expéditions scientifiques. Ses premiers pas au cinéma se font dans des comédies indépendantes telles que Les Glandeurs et Jay et Bob contre-attaquent, sous la direction de Kevin Smith.

● 1997: son premier oscar pour Will Hunting

Avec Matt Damon, son fidèle acolyte rencontré sur les bancs de la fac de Harvard, il reçoit l’oscar du meilleur scénario pour le film Will Hunting de Gus Van Sant, dans lequel joue également Robin Williams dans le rôle du professeur Lambeau, performance qui lui a valu la statuette du meilleur acteur la même année. Ces récompenses ont fait décoller la notoriété de Ben Affleck qui, quelques années plus tard, se retrouve sous l’objectif de John Madden, dans Shakespeare in Love, face à Gwyneth Paltrow, puis devant la caméra de Michael Bay, champion des blockbusters explosifs, dans Armageddon, aux côtés de Bruce Willis et Liv Tyler. L’année 2001 lui permettra d’asseoir sa réputation de «belle gueule» de Hollywood en interprétant le séduisant soldat Rafe McCawley, dans Pearl Harbor, également sous la direction de Michael Bay. Puis vient la longue et douloureuse traversée du désert – ou période prolifique de navets, au choix-. Avant d’enfiler la cape de Batman en 2016, Ben Affleck avait déjà revêtu le costume d’un super-héros, celui de Daredevil, dont les sens décuplés lui permettaient d’affronter les méchants de New York avec une agilité hors du commun. Le numéro de l’homme rouge ne séduit pas la critique au même titre que les romances Amours troubles, Père et fille (dans lequel il retrouve Liv Tyler) et Famille à louer.

● 2007: son retour en force grâce à son passage derrière la caméra

Cette année-là, Affleck surprend son monde avec Gone Baby Gone. Son adaptation de Dennis Lehane a l’effet d’un direct à l’estomac. Intelligemment, il évite de se distribuer à l’écran et confie le rôle principal à son frère, Casey. L’essai est transformé avec The Town, polar nerveux qui met en scène un casse dans le stade de Boston, ville qu’il affectionne particulièrement et qu’il se plaît souvent à filmer. Puis, en 2012, Argo fait l’objet de sa consécration parmi les plus grands du monde du septième art. Cette reconstitution de la prise d’otages américains à Téhéran en 1979 lui vaut pas moins de 14 prix dont deux Golden Globes, trois Baftas, trois Oscars et chez nous un César: celui du meilleur film étranger. Les intimidations du gouvernement iranien qui poursuit le cinéaste en justice pour avoir véhiculé une fausse image de leur pays ne le freinent pas dans l’accomplissement de ses projets sous cette deuxième casquette puisqu’il prépare actuellement l’adaptation de lls vivent la nuit, un autre roman de Lehane. Son grand retour devant la caméra s’avère aussi brillant: après avoir été embauché par Terrence Malick dans À la merveille, en mars, il jouera pour David Fincher dans Gone Girl puis dans un autre thriller, Runner Runner, aux côtés de Justin Timberlake et Gemma Arterton, sur les écrans français le 25 septembre.

● 2012: père pour la troisième fois

Côté vie privée, le parcours de Ben Affleck n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. L’acteur a souffert d’alcoolisme durant de longues années. Un passé qu’il a récemment partagé avec Lindsay Lohan,en guise de soutien: régulièrement au cœur des scandales outre-Atlantique, l’ancienne star de Disney vient d’achever une cure de désintoxication. Après une relation avec Gwyneth Paltrow relayée par les tabloïds et la chanteuse Jennifer Lopez, qui avait pris le soin de montrer au monde entier ses batifolages avec son compagnon de l’époque dans le clip Jenny from the block , c’est avec la comédienne Jennifer Garner, qu’il rencontre également sur un plateau de tournage (sous les traits de la super-héroïne Elektra dans Daredevil), que Ben Affleck trouve la bonne voie. Ils se marient loin de la foule le 29 juin 2005. Le 1er décembre, Affleck devient père d’une fille, Violet-Ann. Le 6 janvier 2009, c’est Seraphina Rose Elisabeth qui voit le jour. Puis le 27 février 2012, son épouse donne naissance à un garçon que le couple prénomme plus sobrement Samuel.

● 2014: vers un avenir en politique?

Dans une interview au magazine Allure, la bien-aimée du réalisateur talentueux confie: «Actuellement, Ben juge qu’il peut faire davantage pour les gens en se trouvant à l’extérieur du système. Serai-je surprise qu’il entre en politique un jour? Non. Mais ça n’est pas pour tout de suite». Ben Affleck a souvent montré son engagement en faveur du Parti démocrate. Il a notamment soutenu Barack Obama lors des campagnes présidentielles de 2008 et 2012. Avec le remplacement prévu en janvier de Hillary Clinton par John Kerry, actuel sénateur démocrate du Massachusetts, les fans de Ben Affleck avaient espéré voir celui-ci se présenter à sa place au Congrès mais l’acteur a annoncé sur sa page Facebook, fin décembre, ne pas avoir l’intention d’entrer dans la course au Sénat. «J’adore le Massachusetts et la politique mais je ne me présente pas», a-t-il écrit, en précisant qu’il avait d’autres manières de parler des sujets qui lui tiennent à cœur. «C’est déjà un privilège pour moi de travailler sur l’Eastern Congo Initiative, de soutenir les soldats, d’attirer l’attention sur les Américains, nombreux, souffrant de la faim, et de faire des films pour parler de sujets importants comme notre relation avec l’Iran», estime-t-il. Sauver le monde en Batman oui, mais dans la peau d’un député, il faudra repasser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s