12* pépites ciné de 2016 qui donnent bon espoir pour 2017

bilan2016

Un beau cru 2016.

C’est fou de se dire qu’on peut déjà prononcer «l’année dernière». Le temps passe toujours trop vite, du moins jamais au rythme que l’on souhaite. L’année qui vient de s’écouler a été grandement merdique sur tous les plans, sauf au cinéma, la faille spatio-temporelle où je ne me sentirai jamais (complètement) déçue, triste, peinée. Un dernier coup d’œil dans le rétro (pardon pour ce titre aux allures d’équation). L’occasion de vous présenter mes meilleurs vœux. Et en avant 2017!

1. La jubilation de Samuel L. Jackson dans Les Huit salopards lorsqu’il raconte à son ennemi la manière dont il a mis fin aux jours de son fils.

2. Les scandales aux sommets du pouvoir mis en lumière dans Spotlight et Truth, qui montrent le journaliste d’investigation comme un héros moderne.

3. Le tableau dansant de ce farceur de Channing Tatum dans Ave, César!

4. Le courage du tout jeune Jacop Tremblay dans le dérangeant Room.

5. Le pétage de plombs de Jake Gyllenhaal dans Demolition, aussi tordant qu’attendrissant.

6. La tension dans La Fille du train et Dernier Train pour Busan grâce auxquels la barre pleine de microbes et les «musiciens» qui entonnent La Vie en rose à l’accordéon pour la 52e fois de la semaine ne sont plus mes pires cauchemars en transport en commun.

7. La jolie histoire qui entoure Kubo et l’armure magique et qui prouve qu’on peut s’émouvoir face à un film d’animation loin de l’esthétique classique Disney/Pixar.

8. Le rire de Jonah Hill dans War Dogs.

9. Le personnage principal de Moi, Daniel Blake dépassé par la technologie… et l’injustice du système qui façonne la société qui l’entoure.

10. LA scène érotique de Mademoiselle qui ferait presque passer Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux pour des petites joueuses.

11. La série Les Feux de l’amour racontée par Régis Marvin Merveille N’Kissi Moggzi dans Swagger.

12. L’espace, filmé de près ou de loin, dans Premier contact, Rogue One et Passengers, destination rêvée de l’Homme, nouveau terrain de conquête de la Femme.

* Pourquoi 12? Parce qu’il y a douze mois dans une année. J’ai failli choisir le nombre 365 puis me suis ravisée en pensant à vos yeux fatigués, à cette heure-ci, un dimanche soir. Au passage, merci au magazine Néon pour l’inspiration.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s