Néon mania

Neon

Elle, Margot et Emma sous les feux de la rampe.

Trois films plutôt attendus, trois héroïnes blondes… et des couleurs fluorescentes dans tous les sens. Tel est l’ultime point commun entre The Neon Demon, Suicide Squad et Nerve qui pousse à les mettre dans la même balance. Le recours à ces lumières qui en mettent plein la vue ne se limite plus au genre de la science-fiction ou à un effet vintage eighties, il se manifeste désormais un peu partout au cinéma, par petites touches ou à forte dose. Si le néon sert de toute évidence l’esthétique d’un long métrage, rend-il pour autant le scénario brillant? Eléments de réponse avec le conte horrifique de Nicolas Winding Refn, la dernière superproduction Warner Bros./DC et l’expérience addictive du duo Ariel Schulman et Henry Joost. Lire la suite